Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Delicious

Jacques Laurin jongle avec...
Avoir la bosse
Avoir la tête à Papineau
Réussir haut la main
Avoir la bosse
Avoir la tête à Papineau
Réussir haut la main

Rouler sa bosse, c’est voyager beaucoup et dans un de ces voyages, vous avez rencontré des chameaux et des dromadaires et vous vous êtes posé la question : une bosse ou deux bosses? Généralement, on dit : la bosse du dromadaire, mais les bosses d’un chameau.

Bosser, c’est travailler fort, c’est étudier avec acharnement. On dit couramment : il bosse dur, il bûche dur. Un bosseur, une bosseuse, ce sont des personnes qui travaillent beaucoup. Au Québec, bosser est souvent utilisé dans le sens anglais de diriger. C’est lui qui « bosse » tout le monde peut se remplacer par : c’est lui qui dirige tout le monde, c’est lui qui commande, qui mène tout le monde.

On dit un pare-chocs bosselé et non un pare-chocs « bossé ». On peut dire aussi un pare-chocs cabossé.

Une faute courante qu’on lit dans les journaux et qu’on entend à la télé : placer la barre trop « haute ». Il faut dire : placer la barre trop haut. Haut est ici un adverbe.

Mieux vaut avoir la tête à Papineau que d’avoir une tête de cochon, d’avoir mauvais caractère, d’être très entêté. Vous n’aurez pas beaucoup d’amis si vous avez une tête d’enterrement!

Après un tête-à-tête amoureux, vous êtes transporté de bonheur et si vous filez à toute vitesse sur une route verglacée, vous risquez de faire un tête-à-queue. Ne perdez pas la tête, roulez prudemment!

Accueil Salle de jeux Origines des expressions Jacques Laurin Extra Achetez la trousse
Flash requis
Téléchargement du plugiciel flash Nous joindreAvis légal Crédits